Des forêts en santé pour le bénéfice des Québécois

16 novembre 2019

JOHANNE FOURNIER

Collaboration spéciale

 

Une mobilisation de tous les acteurs de l’industrie forestière permet, depuis plusieurs mois, de traiter de différents aspects de la forêt québécoise. Après l’aménagement, l’exploitation contrôlée et les défis technologiques, nous parlerons d’innovation et des prochains enjeux pour ce secteur d’activités. La forêt en général procure 60 000 emplois au Québec et génère un chiffre d’affaires de 19 milliards$. Groupe Capitales Médias poursuit cette série d’articles pour mieux faire connaître la forêt d’ici. 20e de 20.

MATANE – «Le gouvernement du Québec a à coeur d’assurer une gestion durable des forêts québécoises puisque des forêts en santé bénéficient à l’ensemble des citoyens du Québec et de ses régions», estime le ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, Pierre Dufour. À son avis, la forêt est essentielle au soutien de l’économie.

«L’environnement et l’économie ne sont pas des valeurs qui s’affrontent, car l’une a besoin de l’autre», spécifie-t-il. Le parlementaire précise que son ministère investit 250 millions$ annuellement pour assurer la régénération des forêts et améliorer leur rendement. «Ces travaux contribuent à créer plus de richesse, tout en soutenant la vitalité économique des régions», soutient-il.

La gestion forestière du Québec est soumise à un cadre légal et réglementaire qui est strict et rigoureux. L’aménagement durable des forêts constitue le coeur du régime forestier québécois.

«Le programme d’inventaire forestier du Ministère permet d’acquérir et de diffuser des connaissances détaillées et de grande qualité sur les écosystèmes forestiers, poursuit le politicien. Les connaissances acquises orientent les choix qui sont faits par le gouvernement du Québec pour assurer l’aménagement durable des forêts […]. Ces travaux permettent également de suivre l’évolution de notre patrimoine forestier.»

Le mandat du MFFP consiste à produire, à intégrer et à transférer des connaissances provenant de la recherche scientifique qui porte sur l’aménagement durable des forêts, ce qui permet d’éclairer les décideurs et d’améliorer les pratiques forestières du Québec.

Le MFFP produit un bilan quinquennal de l’aménagement forestier. Le bilan pour 2013 à 2018, qui rendra compte de façon détaillée de l’état de nos forêts, sera déposé à l’Assemblée nationale l’an prochain. La récolte représente 60% de la possibilité forestière du Québec. «Les forêts du Québec sont loin d’être menacées», indique Pierre Dufour.

Selon lui, «l’implantation du régime forestier en 2013 a confirmé la place du Québec comme un chef de file mondial en matière d’aménagement durable des forêts. Nos pratiques forestières sont parmi les meilleures au monde. D’ailleurs, plus de 90% de la superficie des forêts publiques sont certifiées par des organismes indépendants.»

Selon le ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, Pierre Dufour, des forêts en santé bénéficient à l’ensemble des citoyens du Québec et de ses régions.

Selon le ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, Pierre Dufour, des forêts en santé bénéficient à l’ensemble des citoyens du Québec et de ses régions.

FOURNIE PAR LE MFFP

+

La forêt québécoise en chiffres

250 millions $/an pour la régénération des forêts

60% de la superficie forestière récoltée

90% de la superficie des forêts publiques certifiées

60 000 emplois liés à la forêt

134 000 propriétaires forestiers

29 800 producteurs forestiers

Article sur le site de la Fédération des Producteurs Forestiers du Québec

https://www.foretprivee.ca/je-minforme/publications-et-abonnements/revue-de-presse-de-la-foret-privee/

Création d’une catégorie d’immeuble pour les boisés aménagés : le gouvernement tient promesse

Longueuil, le 6 novembre 2019. –

Avec la création d’une catégorie d’immeuble dans la Loi sur la fiscalité municipale pour les lots boisés aménagés, le gouvernement du Québec répond à une demande des producteurs forestiers vieille de 40 ans. Lorsque le projet de loi présenté hier à l’Assemblée nationale sera adopté, les Municipalités auront la possibilité de taxer différemment les lots boisés qui sont aménagés par rapport aux boisés qui ne le sont pas.

 

Le président de l’UPA, Marcel Groleau, le ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation, Alain Lamontagne, le ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, Pierre Dufour et le président de la Fédération des producteurs forestiers du Québec, Pierre-Maurice Gagnon, étaient présents pour l’annonce.

Compléments

Consultez le mémoire qui demandait la création d’une catégorie de taxation spécifique pour les boisés sous aménagement

Évaluation foncière des lots boisés

« Selon la volonté des Municipalités, cette mesure se traduira par un plus grand nombre de propriétaires réalisant des travaux d’aménagement forestier. Il en résultera des forêts plus résistantes aux épidémies d’insectes et aux maladies, du bois pour approvisionner l’industrie des produits forestiers et des milieux sensibles mieux localisés et protégés », s’est réjoui Pierre-Maurice Gagnon, président de la Fédération des producteurs forestiers du Québec.

 

Sur les 134 000 individus, familles, petites entreprises et grandes corporations détenant des lots boisés de plus de 4 hectares dans toutes les régions du Québec, 28 819 sont actuellement reconnus comme producteurs forestiers auprès du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs. Cette reconnaissance est accordée au propriétaire forestier de plus de 4 hectares détenant un plan d’aménagement forestier rédigé par un ingénieur forestier, qui en fait la demande à un bureau d’enregistrement de ce ministère. Cet enregistrement sera nécessaire pour bénéficier d’un taux de taxation distinct qui pourra varier entre 66 % et 100 % du taux de taxation de base, selon la décision des élus municipaux.

 

« Au cours des décennies, des groupes de travail multipartites se sont régulièrement penchés sur le meilleur moyen d’utiliser la fiscalité foncière pour inciter les propriétaires forestiers à protéger et mettre en valeur leurs lots boisés, sans jamais parvenir à un consensus. Aujourd’hui, le gouvernement montre son caractère en dénouant cette impasse », a ajouté M. Gagnon.

 

« Afin d’obtenir un régime de fiscalité forestière performant, il restera à finaliser le travail amorcé pour simplifier et moderniser la mesure de remboursement des taxes foncières pour les producteurs forestiers. Ce remboursement prend la forme d’un crédit d’impôt disponible à tous les producteurs forestiers qui investissent dans des travaux d’aménagement forestier sur leurs propriétés », a conclu M. Gagnon.

 

À propos de la FPFQ

 

La Fédération des producteurs forestiers du Québec (FPFQ) est l’organisation provinciale qui travaille à la promotion des intérêts de 134 000 propriétaires forestiers de tous les milieux sociaux, dont 29 800 producteurs forestiers. L’action régionalisée de ses 13 syndicats et offices vise la protection et la mise en valeur des forêts privées québécoises, ainsi qu’une commercialisation ordonnée des bois en provenance de ces territoires. La FPFQ est une fédération affiliée de l’Union des producteurs agricoles.

Renseignements :

Marc-André Côté, ing. f., Ph. D.

Directeur général

450 679-0530, poste 8201

macote@upa.qc.ca      foretprivee.ca

https://www.foretprivee.ca/communiques/creation-dune-categorie-dimmeuble-pour-les-boises-amenages-le-gouvernement-tient-promesse/