D’autres forestiers veulent négocier les prix en groupe

21 mai 2019

Les producteurs de bois de la Côte-du-Sud, une région située sur la rive sud du Saint-Laurent, à l’est de Lévis, ont majoritairement voté en faveur d’une mise en marché collective de leur bois destiné au sciage le 7 mai dernier afin d’obtenir de meilleures conditions de vente et de livraison. Ils s’inspirent des producteurs forestiers de l’Estrie et de la Montérégie qui ont pris la même décision en 2017.

Reste maintenant à la Régie des marchés agricoles et alimentaires du Québec d’accepter la demande de modification réglementaire des producteurs de bois de la Côte-du-Sud. Le cas échéant, la commercialisation du bois de sciage, la négociation des prix avec les acheteurs et la livraison du bois seront entièrement orchestrées par le Syndicat des producteurs de bois de la Côte-du-Sud.

Pouvoir de négociation

« Depuis deux ans que les producteurs réfléchissent à ça [la mise en marché collective de leur bois destiné au sciage]. Le nombre d’acheteurs s’est fortement concentré ces dernières années. Le pouvoir de négociation a diminué en raison du rapport de forces disproportionné. Les producteurs sont devenus des preneurs de prix », explique Marc-André Côté, directeur général de la Fédération des producteurs forestiers du Québec. Une mise en marché collective permettrait selon lui d’améliorer la prévisibilité des prix, les garanties de paiements et la transparence dans la mise en marché des bois de sciage.

Notons que le Syndicat des producteurs de bois de la Côte-du-Sud encadre déjà la vente du bois destiné aux pâtes et papiers.

MARTIN  MÉNARD

mmenard@laterre.ca

Bois et forêts à la rescousse !

2 mai 2019 Le journal Le Soleil

CAPITALES STUDIO

Une réalisation du service de la promotion

Cliquez ici ! www.lesoleil.com/la-vitrine/association-forestiere-des-deux-rives-2019/bois-et-forets-a-la-rescousse-bf809f67c5bb76875db213719b347c94

 

Comprendre en cinq minutes le rôle des forêts et des produits du bois dans la lutte contre les changements climatiques

 

Les grands responsables du dérèglement du bilan carbone de la planète sont les activités industrielles et les transports. Ils utilisent en grande quantité les énergies fossiles non renouvelables qui, lors de leur combustion, émettent d’importantes quantités de dioxyde de carbone (CO2), principal gaz à effet de serre (GES) responsable des changements climatiques. Découvrir et implanter des solutions durables s’avèrent primordiaux pour réduire ces émissions et gérer les GES déjà dans l’atmosphère ainsi que ceux à venir. C’est là que la forêt et les produits du bois jouent un rôle essentiel dans la lutte contre les changements climatiques !

 

 

Des bénéfices qui s’additionnent

 

Les solutions durables passent par le retrait de la plus grande quantité possible de carbone de l’atmosphère afin de le stocker en lieu sûr pour en réduire les effets néfastes. Les arbres arrivent à transformer ce gaz en solide utile, durable et écologique. Transformer ensuite un arbre en matériau prolonge le gain pour toute la durée de vie du produit. Tant que le carbone y est stocké, il n’est donc plus dans l’atmosphère; c’est là le gain pour l’environnement.

 

L’aménagement durable des forêts, l’utilisation du matériau bois et la substitution de matériaux polluants par ceux en bois sont des leviers supplémentaires qui améliorent les gains environnementaux. Avoir en permanence une abondance de forêts en pleine croissance et utiliser le bois comme matériau et énergie, en remplacement d’autres qui ont une plus forte empreinte écologique, sont des bénéfices supplémentaires qui font une différence dans une stratégie de société. 

 

Ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs

Taxes foncières du secteur agricole

Cliquez ici pour le communiqué de presseCompton_Comité sur évaluation agricole

Compton annonce la création d’un comité pour analyser la fiscalité agricole

COMPTON, le 15 mai 2019. – Les membres du conseil municipal ont adopté ce soir la résolution créant le Comité ad hoc sur la fiscalité agricole à Compton. Le maire de Compton, Bernard Vanasse, se réjouit de la formation d’un tel comité. « Devant des problèmes aussi complexes que l’évaluation de terres agricoles, les taxes foncières et le fardeau fiscal, il faut être en mesure de s’asseoir ensemble pour trouver une solution commune. J’en profite pour remercier les représentants de l’Union des producteurs agricoles (UPA), pour leur participation à la mise en place d’un tel comité. »

Ce comité aura pour mandat de formuler des recommandations au conseil municipal concernant la fiscalité agricole à Compton. Pour ce faire, il se penchera sur les dépenses municipales, la répartition du fardeau fiscal, les options de taxations disponibles en vertu des lois et règlements et des pistes de solution, en plus d’établir un échéancier des actions à prendre s’il y a lieu. « Si nous arrivons à effectuer un réel travail de fond de manière constructive et efficace, tous les citoyens en sortiront gagnants », affirme le maire.

Dans le but d’entendre les différents points de vue et différentes expertises, le comité sera composé de neuf membres, dont trois producteurs agricoles nommés par l’UPA, un représentant des propriétaires de terre agricole n’étant pas une entreprise agricole enregistrée, un représentant des citoyens non agricoles et de quatre élus du conseil municipal de Compton. À cela s’adjoindrons quatre personnes-ressources dont deux employés de l’UPA et deux employés municipaux. « Je suis persuadé qu’en ayant des représentants de divers milieux, nous réaliserons que nous avons des objectifs en communs et qu’il est dans l’intérêt de tous de travailler ensemble et de trouver une solution qui nous unit » tient à préciser, M. Vanasse.

Ce sentiment est partagé par Philipp Stirnimann, président du Syndicat local de l’UPA-Coaticook qui ajoute : « Nous remercions la municipalité d’avoir saisi l’importance de l’enjeu menant à la création de ce comité. Nous participerons activement aux travaux et espérons que les recommandations seront mises en application dans le budget ».

Le comité créé par la municipalité devra déposer ses recommandations au plus tard à la séance publique du Conseil municipal qui se tiendra le 13 août prochain en vue d’intégrer ses recommandations dans la réflexion budgétaire des élus pour l’année 2020.

Pour information

Municipalité de Compton

Bernard Vanasse

Maire

(819) 835-5584

(819) 620-2574

Fédération de l’UPA-Estrie

Valéry Martin

Conseillère aux communications

819 346-8905

Poste 143

Conservation de milieux sensibles

Principaux types de milieux humides

 

Les milieux humides

 

La Loi sur la qualité de l’environnement présente plusieurs dispositions visant les activités des propriétaires forestiers dans la protection et la conservation des milieux humides. Le ministère responsable de l’environnement doit s’assurer qu’il n’y ait aucune perte nette de milieux humides sur le territoire privé québécois. Ainsi, les étangs, les marais, les tourbières et les marécages ne pourront plus être détruits sans qu’une compensation financière importante soit versée dans un fonds pour restaurer ou créer des milieux équivalents ailleurs sur le territoire.  Les propriétaires forestiers québécois sont actifs dans la protection des milieux humides. De nombreuses initiatives de conservation des milieux humides se déroulent en forêt privée et permettent aux propriétaires de boisé de s’impliquer dans le maintien des rôles et fonctions de ces écosystèmes.

 

Principaux types de milieux humides

Étang

Marais

Marécage arborescent

Tourbière arborée

 

Les milieux humides forestiers

De nombreux milieux humides présentent un potentiel forestier et l’aménagement forestier constitue une utilisation durable de ces milieux lorsque les travaux respectent les saines pratiques d’intervention. C’est le cas notamment des milieux humides identifiés marécages arborés ou tourbières boisées. Afin de respecter la réglementation en vigueur, informez-vous auprès de votre conseiller forestier des modalités d’intervention à suivre.

Source: Fédération des Producteurs Forestier du Québec     Photo: Agence forestière de la Montérégie

 

Manifestaion : Négocier c’est notre droit

La Terre de chez nous, Sherbrooke 20 février 2019

— Entre 200 et 250 producteurs forestiers en provenance des quatre coins du Québec ont manifesté ce matin à Sherbrooke pour défendre leur droit de négocier collectivement la vente de leur bois de sciage résineux. Pour leur part, les industriels forestiers affirment que le projet de mise en marché collective comporte des lacunes et représente un trop grand risque pour le marché.

La manifestation a eu lieu devant l’hôtel où la Régie des marchés agricoles et alimentaires du Québec tient des audiences depuis le 5 février sur cet enjeu. Domtar et le Conseil de l’industrie forestière du Québec demandent à la Régie de suspendre la mise en marché collective du bois de sciage résineux. Ils contestent aussi le processus ayant mené à l’adoption d’une résolution confiant au Syndicat des producteurs forestiers du sud du Québec (couvrant l’Estrie et une partie de la Montérégie) l’exclusivité de la vente du bois de sciage résineux. Le tribunal prévoyait sept jours d’audiences à Sherbrooke, qui doivent se terminer le 21 février.

Des manifestants satisfaits

Le nombre de manifestants venus signifier aux régisseurs de la Régie que les producteurs appuient leur syndicat a été plus élevé que prévu, au grand plaisir du président du Syndicat des producteurs forestiers du sud du Québec, André Roy. « C’est la preuve qu’à travers toute l’Union, on défend encore ce pilier de l’agriculture au Québec qu’est la mise en marché collective. Ça prouve que les producteurs veulent que l’on négocie leur bois, qu’ils sont fatigués de se faire imposer des prix par les industriels », a-t-il déclaré en entrevue à La Terre.

Line Martel Bégin, de Bury, en Estrie, faisait partie du groupe de manifestants. « On veut notre juste part, dit-elle. La loi nous permet de nous regrouper pour négocier un prix. Actuellement, on vend [notre bois] au prix qu’ils nous offrent. On veut s’asseoir pour négocier. »

Trop hâtif et risqué

Le représentant de Domtar aux audiences, André Gravel, a indiqué à La Terre que la compagnie est en faveur d’une entente moderne et flexible, mais il juge que le projet du Syndicat n’est pas « suffisamment abouti et achevé pour être porteur pour l’avenir », et ce, autant pour les scieries que pour les producteurs eux-mêmes.

Directeur de l’approvisionnement chez Domtar, André Gravel déplore qu’aucune étude d’impact n’ait été effectuée avant de mettre en place un changement aussi important pour la mise en marché du bois. « On ne peut pas faire prendre un risque aussi grand à l’ensemble du marché sans avoir évalué les risques et sans être certains qu’on atteindra les objectifs. Ce n’est pas de même que ça fonctionne dans les affaires aujourd’hui », a-t-il indiqué. Il précise que plusieurs points demeurent flous afin de garantir un meilleur revenu net aux producteurs de bois. Le transport, le façonnage des billots et la prévisibilité des livraisons de bois sont des éléments qui doivent être davantage évalués « ensemble », dit-il.

Le Conseil de l’industrie forestière du Québec, par le biais de son avocat, Me Unvoy, aurait fait valoir à la Régie que des éléments présentés aux producteurs par leur Syndicat contiennent des inexactitudes. Il doute notamment des chiffres du Syndicat concernant les revenus supérieurs qu’obtiendront les producteurs avec le nouveau système de mise en marché.

Un jugement important

Le jugement de la Régie n’est pas attendu avant l’été. Il aura toutefois un impact important sur l’ensemble des forestiers du Québec, car une victoire de Domtar dans cette cause estrienne pourrait nuire aux autres régions qui songent à se doter d’une convention de mise en marché collective pour le bois de sciage.

Source : Martin Ménard, La Terre de chez nous

Une industrie forestière techno: plus de productivité et moins d’arbres

SÉRIE / Une forêt à connaître !  

Tous reconnaissent l’importance du secteur forestier dans l’économie. L’aménagement durable, l’environnement et la biodiversité sont autant de sujets abordés à l’automne dans cette série d’articles du Groupe Capitales Médias : « Une forêt à connaître ». Mais que sait-on des nouvelles technologies qui permettent de produire davantage, tout en utilisant moins d’arbres ? Des innovations visant à optimiser la ressource ? De la contribution du milieu forestier à la lutte contre les changements climatiques ? Des spécialistes et des acteurs de l’industrie ont beaucoup à partager afin de mieux faire connaître la forêt, qui représente presque la moitié de la superficie totale du Québec.

Johanne Fournier

Collaboration spéciale, Le Devoir 25 janvier 2019

 

  MATANE — Au cours des dernières décennies et encore davantage depuis sa sortie de crise en 2014, l’industrie forestière a réalisé un virage technologique important. Les investissements massifs dans le secteur forestier ont été salutaires pour la reprise de ce secteur économique. Les nouvelles technologies augmentent la productivité, tout en utilisant moins d’arbres.

 

« Il y a eu énormément d’investissements avec la reprise », confirme le directeur d’Unifor pour le Québec, dont l’entreprise représente 80 % des travailleurs de la forêt. Selon Renaud Gagné, chaque scierie a investi, en moyenne, de 10 à 12 millions dans la modernisation.

Les entreprises ont investi dans des équipements visant à améliorer les opérations. « La technologie fait en sorte qu’on améliore la qualité, souligne M. Gagné.

On sort le maximum de profit d’une planche ou d’un arbre. »

 

« Si on prend une bille de bois qui rentre dans une scierie, il y avait toujours des marges d’erreur, fait savoir le président de la Fédération de l’industrie manufacturière (FIM-CSN), Louis Bégin. Pour que les bouts des planches […] soient carrés et droits, on mesurait une perte de 20 à 25 %. Maintenant, les nouvelles technologies nous permettent de supprimer ce pourcentage de perte. On fait beaucoup plus avec le même nombre de cubes de bois récolté.»

 

 

Le conseiller syndical de la Centrale des syndicats démocratiques (CSD) du Saguenay–Lac-Saint-Jean abonde dans le même sens. « En forêt, on récupère presque 100 % de la cueillette du bois, remarque Joël Tremblay. En usine, on est capable d’aller chercher le maximum de fibre qui s’en va vers les deuxième et troisième transformations. Le produit est beaucoup plus utilisé. »

 

Selon le patron d’Unifor, le contexte a aussi facilité les décisions d’investir puisqu’en 2015, 2016 et 2017, la construction résidentielle aux États-Unis a grimpé de 1 million à 1,5 million de mises en chantier, au lieu des 450 000 des années précédentes.

 

 

Dans l’éventualité d’un creux de cycle qui pourrait survenir dans la construction, « les investissements dans la technologie permettront de développer de nouveaux produits qui iront dans de nouveaux marchés », croit le président de la FIM.

 

Plus de technologies, moins d’accidents et de maladies professionnelles

 

MATANE — L’apparition des nouvelles technologies en forêt et dans les scieries a diminué les risques d’accidents et de maladies professionnelles. Si le travail forestier a longtemps occupé le haut du palmarès des métiers les plus à risques, il est aujourd’hui plus sécuritaire.

 

  Prévibois y contribue. La mission de l’organisme à but non lucratif est de soutenir quelque 500 entreprises québécoises en matière de santé et de sécurité au travail. Celles-ci œuvrent dans la transformation du bois, dans la forêt, ainsi que dans les pâtes et papiers. « La forêt a évolué au fil du temps, tout comme les usines sur le plan technologique, constate le conseiller en prévention Frédérick Villeneuve. La santé et la sécurité ont cheminé à travers ça. » « Dans les vingt dernières années, notre travail a eu un impact : il y a moins d’accidents, moins de lésions, moins de gravité par rapport aux lésions, moins de fréquences », ajoute le directeur de la prévention de l’organisme, Pascal Rousseau.

 

Au cours des deux dernières décennies, la technologie a évolué très rapidement. Dans le domaine forestier, on est passé de travaux majoritairement manuels à des tâches mécanisées. De nouvelles normes en matière de santé et de sécurité se sont ajoutées. Ne répondant parfois pas aux mêmes normes, les machines provenant de l’Europe doivent être adaptées et modifiées.

 

 

Comme les machines sont plus productives, les risques ont changé. « Au lieu d’avoir le risque qu’un arbre tombe sur un travailleur ou d’avoir des engelures en forêt, ce sont maintenant des problèmes ergonomiques ; les gens manipulent des consoles, ils sont beaucoup sollicités des mains, fait observer M. Rousseau. On leur fournit des ressources pour pouvoir améliorer les postes de conduite. »

 

Le bruit n’a cependant pas été complètement éliminé, surtout dans les scieries de plus de trente ans. « Ça prend des protections, signale Pascal Rousseau. On essaie d’encoffrer les machines. Dans les usines les plus récentes, les gens opèrent à partir de cabines insonorisées. La surdité va diminuer avec

le temps. »

 

Dans les usines de pâtes et papiers, les risques de blessures ou de maladies professionnelles sont aussi en diminution. « Les gens étaient à 95 décibels toute la journée, à la chaleur, raconte le directeur de la prévention de Prévibois. Aujourd’hui, ils opèrent d’une salle climatisée toute vitrée et ils sortent à peu près dix minutes à l’heure. »

 

 

Amélioration des procédés et optimisation :des impacts positifs sur la main-d’œuvre forestière

 

MATANE — Loin d’avoir causé des pertes d’emplois, l’amélioration des procédés et l’optimisation du travail générées par l’avènement des nouvelles technologies dans le secteur forestier les ont plutôt consolidé. Les travailleurs ont dû s’adapter à la nouvelle machinerie et leurs tâches ont changé. La majorité des entreprises forestières qui ont pris le virage technologique font même face à un criant besoin de main-d’œuvre..

 

 « Les nouvelles technologies permettent une consolidation des emplois, confirme le président de la Fédération de l’industrie manufacturière (FIM-CSN), Louis Bégin. En forêt et surtout dans les scieries, ça se développe ; on parle même de la robotique qui s’invite dans la forêt pour la gestion de la cueillette de la matière première. C’est un autre monde ! »

 

L’incidence sur les emplois s’est surtout fait sentir sur la nature des postes. « Une ancienne machine qui coupait et préparait le bois […] avait auparavant sept opérateurs, donne comme exemple M. Bégin. La nouvelle machine va avoir un ou deux opérateurs. Par contre, ça va demander un autre type d’emploi : des électromécaniciens ou des mécaniciens spécialisés. »

 

Le conseiller syndical de la CSD du Lac-Saint-Jean constate le même phénomène. L’introduction de nouveaux équipements plus performants a un impact sur les types d’emplois. « Ça a créé un mouvement de personnel bien plus qu’une rareté ou des pertes d’emplois », analyse Joël Tremblay.

 

 

La formation devient incontournable afin de développer de nouvelles compétences auprès des travailleurs. Certaines organisations comme Formabois offrent des programmes visant à rendre le secteur de la transformation du bois plus compétitif en fonction des avancées technologiques. « C’est une nécessité, sinon une question de survie pour l’entreprise », va jusqu’à dire le directeur général de Formabois, Réjean St-Arnaud.

 

 

Le directeur d’Unifor pour le Québec se souvient, il y a trente ans passés, qu’une scierie pouvait avoir besoin d’une centaine d’ouvriers. « Aujourd’hui, elle s’opère avec une dizaine de personnes par quart de travail », indique Renaud Gagné. En revanche, si certaines technologies réduisent la charge de travail, elles n’éliminent pas pour autant des emplois. Au contraire, Unifor fait face à une pénurie de travailleurs.

 

La transformation du bois au Québec en chiffres 

30 000 emplois

11% des exportations

3% du PIB

2 milliards $ de balance commerciale positive

 

Quand la construction et les consommateurs s’essoufflent

Aux États-Unis, les dépenses et les investissements liés au marché de l’immobilier résidentiel font partie des principaux éléments moteurs de l’économie.

Or, ce marché est en repli depuis quelques mois, au point d’interpeller les analystes de l’économie américaine qui sont à l’affût des indicateurs d’un éventuel revirement négatif.

C’est pourquoi la mise à jour des mesures de mises en chantier résidentielles et des permis de bâtir aux États-Unis, attendue demain pour le mois d’octobre, sera sous surveillance.

Selon le relevé d’économistes effectué par Thomson Reuters, on s’attend en moyenne à un léger rebond mensuel des mises en chantier, à environ 1,23 million d’unités en octobre.

Le repli du marché de la construction et de la rénovation aux États-Unis se fait sentir sur les résultats et la valeur boursière des gros détaillants comme Home Depot et Lowe’s, qui comprend Rona au Canada.

Le repli de la construction résidentielle aux États-Unis se répercute aussi sur le prix du bois d’oeuvre sur le marché nord-américain.

L’indice PPI du bois d’oeuvre (prix payés aux producteurs) aux États-Unis est en rechute de 16 % depuis le sommet historique atteint en juin dernier.

Cette rechute touche aussi la valeur boursière des principaux producteurs de bois d’oeuvre. Parmi eux, on retrouve de grosses entreprises canadiennes comme Canfor et West Fraser Timber, dans l’ouest du pays, ainsi que Norbord et Produits forestiers Résolu, plus actives dans l’est du Canada.

À la Bourse de Toronto, les actions de ces entreprises sont en repli moyen de 25 % à 40 % par rapport aux sommets de valeur qu’elles avaient atteints entre juin et septembre.

Canada: le point sur la consommation

Les investisseurs auront l’oeil vendredi sur la mise à jour de deux indicateurs-clés de la consommation au Canada. D’une part, les indices des prix à la consommation, ou IPC dans le jargon économique, permettront de faire le point sur l’inflation en octobre. Il s’agit aussi d’une mesure-clé qui aura des répercussions sur les prochaines décisions de taux d’intérêt de la Banque du Canada. La dernière mesure d’inflation en septembre était à 2,2 %, en repli depuis l’été, mais encore à ses niveaux les plus élevés en cinq ans. Par ailleurs, Statistique Canada publiera vendredi sa mesure des ventes au détail durant le mois de septembre, ainsi que pour le troisième trimestre. La question parmi les économistes : est-ce que le repli mensuel des ventes au détail observé depuis quelques mois au Canada s’est poursuivi en septembre ?

Source: Martin Vallières, LaPresse

Le prix du bois d’oeuvre en chute libre

Source : Louis Tremblay, Le Quotidien 16 octobre 2018

Le prix du bois d’oeuvre est en chute libre depuis le début de l’automne. Il s’agit de la plus importante baisse de prix enregistrée depuis les 30 dernières années, alors que les ventes du 1000 PMP (pied mesure de planche) se rapprochent dangereusement des coûts de production des usines québécoises.

 

Le marché du bois d’oeuvre est ainsi passé d’un record historique de 746 $ CD le 1000 PMP en juin dernier à 495 $ CD le 1000 PMP selon l’indice Pribec, lundi matin. Une dégringolade qui risque sérieusement de ralentir les investissements dans les équipements de production qui avaient repris depuis 2016.

 

L’économiste du Conseil de l’industrie forestière du Québec (CIFQ), Michel Vincent, explique que les scieurs ont connu une excellente année en 2017 et un très bon début d’année 2018. « L’industrie a effectivement connu une très bonne période, mais elle a duré un peu plus d’un an, alors que la crise avait duré cinq ans et coûté 1G$ US à l’industrie canadienne que les scieurs américains ont récupérée sans investir un seul dollar. »

 

« Ce que nous envisageons, reprend l’économiste, est une stabilisation des prix et la fin des chutes radicales comme celles que nous avons connues au cours des dernières semaines. Il n’y a pas d’indice d’une nouvelle hausse à court terme. Lors de la dernière crise, les prix avaient fléchi deux ans avant la récession. »

 

Les producteurs canadiens et québécois, en raison de la vigueur des prix, pouvaient exporter tout en versant au Département du commerce une surtaxe de 20 % sur les exportations. L’argent est dans un compte en fiducie pour chaque entreprise. La chute des prix rend l’exercice beaucoup plus difficile, selon l’économiste, puisque les entreprises ne savent pas quand elles vont récupérer leur dépôt et si elles toucheront la totalité des sommes versées en surtaxe à la fin du litige.

 

Les causes de la chute des prix sont multiples et découlent de la hausse des prix survenue aux États-Unis. La Suède, l’Allemagne et certains autres pays d’Europe ont exporté massivement sur le marché américain pendant que les scieurs de l’ouest du Canada reprenaient les livraisons. L’offre a ainsi monté rapidement alors que la demande est demeurée assez faible malgré la robustesse de l’économie américaine.

« En ce moment, les mises en marché aux États-Unis sont toujours sous les moyennes historiques. Nous sommes donc dans une situation où il y a beaucoup de bois sur le marché et une demande très moyenne. Des facteurs limitent la hausse des mises en chantier et la demande devrait donc demeurer sous la moyenne historique. »

 

Les promoteurs immobiliers font aujourd’hui face aux États-Unis à des restrictions sur le développement de nouveaux projets domiciliaires. Les villes ont appris de la dernière crise et il y a de nouvelles politiques pour freiner l’étalement urbain. Les entrepreneurs en construction doivent de leur côté composer avec une grave pénurie de main-d’oeuvre et ne sont pas en mesure d’accélérer les mises en chantier. Ce sont, selon Michel Vincent, deux freins sur lesquels il est impossible d’agir.

 

L’économiste explique que les entreprises qui sont actives sur les marchés d’exportation, dont les États-Unis, devront maintenir le rythme, afin de protéger ce marché. Elles doivent agir en fonction d’une imposition possible de quotas d’exportation.

« Si le gouvernement américain en arrive à imposer des quotas, ils seront établis en fonction de l’historique d’exportation. Ce qui oblige les scieurs à maintenir un certain rythme. »

 

Avant l’adoption du régime forestier, les entreprises disposaient d’une marge de manoeuvre sur la gestion de la récolte, puisqu’elles avaient la responsabilité de la planification. Aujourd’hui, le gouvernement récupère cette fonction et les entreprises sont soumises aux plans de l’État.

Domtar s’oppose aux forestiers du sud du Québec

02 octobre 2018

La compagnie Domtar s’adresse à la Régie des marchés agricoles et alimentaires du Québec pour faire suspendre l’application du règlement donnant l’exclusivité de la négociation des conditions de vente du bois de sciage résineux au Syndicat des producteurs forestiers du sud du Québec.

De plus, Domtar conteste le processus qui a mené à l’adoption même de la résolution sur la mise en marché collective du bois de sciage résineux (sapin et épinette). Cette dernière avait été adoptée à Sherbrooke en novembre 2017 par 54 délégués du Syndicat, tandis que 16 s’étaient prononcés contre.

Une lutte à venir

« Je ne comprends pas cette approche de Domtar, dit André Roy, le président du Syndicat. On n’a jamais vu ça. On avait pourtant établi une bonne relation d’affaires avec eux. C’est en train de se corrompre, explique-t-il. Ça retarde aussi nos négociations avec les scieurs. C’est comme s’ils attendaient le jugement pour prendre une décision. »

Le Syndicat prétend que la mise en marché collective du bois de sciage permettra aux producteurs d’obtenir de meilleurs prix, notamment en période de cycle décroissant. Les coûts de transport et l’écoulement du bois seraient également améliorés.

La compagnie Domtar a refusé de commenter le dossier. Le Conseil de l’industrie forestière du Québec et Domtar confronteront leurs arguments à ceux du Syndicat devant la Régie.

Les séances publiques, qui devaient commencer la semaine dernière, se tiendront plutôt à compter du 17 décembre prochain, à Sherbrooke.

Source : Martin Ménard, La Terre de chez nous