FRONT COMMUN DES PRODUCTEURS FORESTIERS POUR LA MISE EN MARCHÉ COLLECTIVE DU BOIS DE SCIAGE RÉSINEUX SAPIN-ÉPINETTE

Suite à la décision décevante rendue par la Régie des marchés agricoles et alimentaires du Québec quant à la volonté des producteurs forestiers de négocier collectivement le prix du résineux sapin-épinette, nous tenions à vous tenir informés des derniers développements dans ce dossier.

 

Plus tôt ce mois-ci, votre Syndicat des Producteurs forestiers du Sud du Québec (SPFSQ) a joint sa voix à celles du Syndicat des producteurs de bois de la Côte-du-Sud (SPBCS), du Syndicat des propriétaires forestiers de la région de Québec, de la Fédération des producteurs forestiers du Québec (FPFQ) et de l’Union des producteurs agricoles (UPA) lors d’une conférence de presse pour exprimer la frustration et la déception des producteurs forestiers à l’égard de la décision rendue par la Régie et revendiquer de nouveau la modernisation du modèle de mise en marché du bois rond vendu aux scieries.

 

Cette conférence de presse, couverte par plusieurs médias locaux, régionaux et même nationaux (vous pouvez d’ailleurs lire quelques articles ici, ici, ou encore ici) a permis de faire la démonstration claire de l’injustice à laquelle font face les producteurs forestiers, qui investissent des efforts importants afin de fournir aux scieries une matière première de qualité, mais qui en retour, n’obtiennent pas leur juste part des retombées économiques de cette filière essentielle pour le Québec.

 

Rappelons qu’en mai dernier, alors que le cours du bois d’œuvre battait des records, les producteurs du Sud du Québec recevaient à peine plus d’un dollar pour une bille de bois de 8 pieds vendu aux scieries, alors que les consommateurs pouvaient payer un 2×4 issu de cette même bille plus de 8 $. C’est moins que le prix que nous recevions en 2003 pour le même produit.

 

Si les hausses de prix records du bois d’œuvre en 2020 et 2021 illustrent de façon indiscutable l’iniquité flagrante générée par le modèle de mise en marché qui a cours actuellement dans plusieurs régions du Québec, il n’en demeure pas moins que cette iniquité ne date pas de la pandémie : elle existe depuis plus longtemps, et même beaucoup trop longtemps maintenant.

 

La conférence de presse a également été l’occasion de démontrer l’unité et la détermination des producteurs forestiers. En effet, les quatre organisations présentes pour l’occasion représentent des milliers de producteurs forestiers partout au Québec.

 

Nous avons ainsi réitéré notre volonté claire quant à l’avenir de l’industrie.

 

Cette volonté, c’est de se regrouper collectivement pour négocier le prix du résineux sapin-épinette, afin que tous les producteurs forestiers, incluant les plus petits, puissent avoir une meilleure prévisibilité et un plus grand rapport de force face à l’industrie et ainsi obtenir un prix qui soit à la hauteur des efforts investis.

 

Cette idée n’a rien de révolutionnaire, d’extravagant ou de démesuré : elle est déjà incorporée aux plans conjoints de six autres régions du Québec. Pourtant, sa mise en place est incontournable pour la pérennité de nos activités.

 

Fidèles à votre vision, nous avons également profité de l’occasion pour confirmer officiellement que le SPFSQ présentera à la Régie un nouveau projet de mise en marché collective du résineux sapin-épinette, et ce, dès les premiers mois de 2022.

 

L’objectif poursuivi sera toujours d’accroître la transparence sur le marché du bois de sciage, d’améliorer les conditions des producteurs forestiers, d’accélérer la transmission verticale de la prospérité au travers de la chaîne de valeur et de favoriser une mise en marché efficace, ordonnée, mais surtout équitable et viable pour tous les propriétaires forestiers.

 

Ce projet bonifié sera le fruit d’une consultation encore plus large, à laquelle vous serez appelés à participer et à vous exprimer, et qui rencontrera toutes les exigences telles que formulées par la Régie. Soyez assurés que, fidèles à notre habitude, nous vous tiendrons informés des développements à venir.

 

Nous ne pouvons tout simplement pas baisser les bras alors que tant de chemin a déjà été parcouru. Nous ne pouvons pas regarder ailleurs et accepter que, par découragement et désillusion, toujours plus de producteurs forestiers remettent en question l’avenir de leurs activités, en raison d’un statu quo devenu intenable. Ce combat, nous devons le mener, ensemble, pour tous les producteurs forestiers du Québec actuels, et pour ceux qui les suivront. C’est l’avenir de notre industrie qui est en jeu.

 

Évidemment, ce projet ne fera pas l’unanimité, notamment auprès de certains représentants de l’industrie forestière, qui se plaisent bien dans le statu quo actuel qui les avantage grandement.

 

Avec votre aide, cependant, nous déploierons tous les efforts nécessaires pour faire en sorte que l’année 2022 soit celle où, finalement, la volonté claire des producteurs forestiers du Sud du Québec quant à la mise en marché collective du résineux sapin-épinette sera entendue par la Régie.

 

D’ici là, je me permets de vous souhaiter, au nom de votre Syndicat, une bonne année 2022!

 

André Roy

Président

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Communiqué

Pour diffusion immédiate

Assemblée générale annuelle

2021-09-10 Communiqué de presse SPFSQ 

Sherbrooke, le 10 septembre 2021 – Les membres du Syndicat des Producteurs forestiers du Sud du Québec ont procédé à l’élection des administrateurs de leur organisation par scrutin postal tout au long du mois de juillet.

 

Ils ont élu M. Jean-Denis Picard pour le secteur du Granit, M. Robert Couture pour le secteur des Sources, M. Sylvain Rajotte pour le secteur du Val-Saint-François, M. Émery Bélanger comme vice-président ainsi que M. Jean-François Tessier au poste réservé à la relève.

 

Plus de 1 500 propriétaires ont participé au scrutin postal, soit la plus importante participation à un scrutin électoral de l’histoire du Syndicat.

 

Les résultats de l’élection ont été dévoilés lors de l’assemblée générale annuelle du 26 août dernier.  Toutes les personnes élues soutiennent publiquement la mise en marché collective du bois de sciage résineux sapin-épinette.

 

« Le message est clair.  Par cette élection, les membres du Syndicat démontrent leur volonté de poursuivre la mise en place de la négociation collective dans le bois de sciage sapin-épinette. » a déclaré M. Jean-Paul Roy, 2e vice-président du Syndicat.

 

Rappelons que la mise en marché collective a pour but d’obtenir des prix et des conditions de mise en marché plus équitables pour tous les propriétaires forestiers.

 

Le poste réservé à la relève est un nouveau poste créé pour mieux inclure les propriétaires forestiers de moins de 40 ans.  M. Jean-François Tessier, élu à ce poste, est propriétaire depuis neuf ans et œuvre en récolte forestière depuis maintenant deux ans.

 

« Je tiens à remercier les membres qui ont participé en grand nombre au scrutin, les membres qui ont soutenu les candidats en faveur de la mise en marché collective ainsi que tous les bénévoles qui ont mis temps et énergie pour mobiliser les membres à soutenir l’effort déployé depuis maintenant quatre ans afin d’obtenir des prix plus équitables pour nos bois ronds de sapin-épinette.  La dernière année nous a clairement démontré que les prix obtenus par les propriétaires forestiers sont nettement en dessous de la capacité des usines à payer le juste prix. » a déclaré M. André Roy, président du Syndicat des Producteurs forestiers du Sud du Québec.

 

Cinq postes faisaient l’objet d’élections pour compléter les élections de 2020 et 2021 dus à l’urgence sanitaire et au report de l’assemblée générale de l’an dernier.  Les mandats sont de deux ans.  L’ensemble du conseil d’administration félicite les élus et précise que la première réunion aura lieu bientôt.

 

À propos du syndicat des producteurs forestiers du sud du Québec

Organisme à but non lucratif créé le 15 septembre 1962, le SPFSQ a pour mission de promouvoir, de défendre et de sauvegarder les intérêts socio-économiques des propriétaires forestiers de l’Estrie et de la Montérégie auprès des instances politiques municipales, régionales et provinciales.  Il étudie, défend et développe les intérêts économiques, sociaux et moraux de tous les propriétaires de boisés privés de son territoire.  Il y parvient notamment en travaillant à développer la mise en marché de leurs produits et la mise en valeur de leurs boisés.

-30-

p.j. Rapport du résultat des élections – Raymond Chabot Grant Thornton

2021-09-10 Communiqué de presse SPFSQ

Source :

Martin Larrivée, ing. f.

Directeur général

819 346-8905, poste 115

Cell : 819 352-6551

mlarrivee@upa.qc.ca

Pour voir la présentation du mardi 15 juin 2021

 

Une nouvelle réglementation s’applique pour les travaux forestiers afin de mieux protéger les milieux humides et hydriques. Le ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques a présenter les nouvelles conditions à respecter pour les travaux de récolte, de construction de chemins et de traverses de cours d’eau.  Voir le résumé de la réglementation en cliquant sur le lien suivant : milieux-humides-et-hydriques-en-foret-privee-soyez-avises-de-la-nouvelle-reglementation.

Cliquer ici-bas pour télécharger la présentation

https://www.spbestrie.qc.ca/wp-content/uploads/2021/06/Formation-REAFIE-RAMHHS-pour-les-producteurs-forestiers.pdf

 

 

POUR LE SCIAGE DE BOIS ROND SAPIN-ÉPINETTE :LES BAISSES SONT RAPIDES, LES HAUSSES SONT LENTES

Une des caractéristiques de la variation des prix du bois rond au sud du Québec depuis 2015 est que les baisses sont très rapides lorsque les prix du bois d’œuvre flanchent, alors que les hausses sont transférées vers le propriétaire forestier de façon très lente.

Pour lire la suite:

2021-06-23 – Étincelle

Les prix du bois d’œuvre n’ont jamais été aussi haut qu’en 2021 dans les quincailleries et sur les marchés du bois d’œuvre en Amérique du Nord.  Depuis mars 2020, le prix du bois dans les quincailleries n’a jamais cessé d’augmenter.  Au moment d’écrire ces lignes, il a atteint un sommet record jamais égalé à ce jour.

 

Les diverses entreprises cotées en bourse qui ont des divisions de sciage de sapin-épinette au Québec déclarent des bénéfices records lors des derniers trimestres.  Le dernier trimestre frôle des 51% de bénéfice net pour les entreprises de sciage cotées en bourse au Québec en fort contraste avec la moyenne de 12% des dernières années.

 

Malheureusement, le propriétaire forestier ne verra pas la couleur de ces hausses spectaculaires.  Alors que l’industrie du sciage voit ses revenus atteindre des records historiques, les revenus du propriétaire forestier sont plus bas qu’il y a 15 ans. 

 

Les coûts du propriétaire pour faire couper son bois ont augmenté en suivant pratiquement l’augmentation du coût de la vie, le coût des équipements forestiers également.  La rentabilité de la sylviculture en est donc grandement affectée.

 

Nous avons suivi les revenus tirés de la vente de bois rond de sapin-épinette de 2005 à 2020 ainsi que les coûts de récolte moyens par un entrepreneur en récolte et le constat est inquiétant. 

 

 

Le tableau ci-haut nous montre le revenu moyen de la vente d’un voyage de bois de sapin-épinette.

 

Le bénéfice net de vente d’un voyage de bois par le propriétaire en 2005 était de 2 014 $ et passera à 689 $ en 2012.  Le même voyage de bois lui rapportera 870 $ en 2020, soit une baisse de 43% en 15 ans. 

 

Alors que les intervenants dans la chaîne de la récolte du bois chez les propriétaires s’en tirent très bien et connaissent de bonnes années, le grand perdant dans l’équation est le propriétaire forestier lui-même.

Et il va sans dire que si le propriétaire forestier obtenait des revenus supérieurs pour son bois, ce sont tous les acteurs forestiers de la chaîne qui en profiteraient aussi.  Il est important de constater que celui qui a subi les baisses les plus importantes de 2005 à 2020 est bien le propriétaire forestier.

 

Pour illustrer la situation de l’industrie du sciage par rapport aux propriétaires forestiers, le revenu brut obtenu par un propriétaire pour la vente d’une bille de bois de 8 pieds de longueur et d’un diamètre de cinq (5) pouces de sapin-épinette où on sortira un 2 x 4 à l’usine était de 1,59 $ en 2005, en tenant compte de l’inflation.  L’année 2005 correspond à une année record pour les prix du bois aux propriétaires forestiers.  En 2021, 16 ans plus tard, il obtiendra seulement 85 cents.  C’est donc un recul de 53%, soit une baisse de 2,9% année après année.

 

L’industriel, pour sa part, obtenait un prix de 1,93 $ pour son 2’’ par 4’’ de 8 pieds, alors qu’il obtient maintenant 5,78 $ pour le même madrier en 2021.   C’est une augmentation de près de 300%.

Évidemment dans ces circonstances, beaucoup de propriétaires forestiers sont frustrés de la situation.  En effet, ils ont subi les années difficiles suite à la crise forestière et financière à partir de 2006, mais ils ne profitent pas de la prospérité actuelle.

 

Ils n’ont même pas les hausses nécessaires pour couvrir les hausses des frais qu’ils ont subies au cours des ans.  Nous n’avons qu’à penser à la hausse des prix des terres, de l’achat des équipements pour la récolte, des frais de reboisement, des frais d’entretien des boisés et les taxes municipales et scolaires.

 

Les causes de cette situation sont multiples.  Notons, entre autres, le grand nombre de propriétaires qui vendent à seulement quelques usines qui achètent le bois et qui favorisent grandement celles-ci.  Pourtant, il y a des solutions.

Dans la région de l’Estrie et de la Montérégie, les propriétaires ont voté de négocier collectivement leur prix du bois de sciage sapin-épinette le 9 novembre 2017.  Depuis ce temps, la compagnie Domtar inc., un groupe d’entrepreneurs forestiers et le Conseil de l’industrie forestière du Québec se sont farouchement opposés devant la Régie des marchés agricoles et alimentaires du Québec.

Au moment d’écrire ces lignes, le litige n’est toujours pas réglé et ces groupes font tout en leur pouvoir pour empêcher les propriétaires de s’organiser.

 

Les propriétaires forestiers doivent rester maîtres de leur mise en marché en participant aux activités syndicales et en supportant les administrateurs de leur association afin de bien défendre les intérêts de tous les propriétaires forestiers de la région.

 

Vous avez des questions, des commentaires, n’hésitez pas à contacter votre administrateur de secteur ou M. Martin Larrivée, directeur général à mlarrivee@upa.qc.ca.

 

Les administrateurs du Syndicat

 

Hugues Beaudoin, secteur La Montérégie

beaudoinhugues@gmail.com             450 546-4684

 

Émery Bélanger, 1er vice-présiden

lacouleedudell@sympatico.ca           819 583-2566

 

Robert Couture, secteur Les Sources

madolemay@hotmail.com                 819 828-3262

 

Anne Logan, secteur Le Val-Saint-François

logan_511@hotmail.com                   819 845-4901

 

Jean-Denis Picard, secteur Le Granit

jean-lulu@hotmail.com                      418 443-2741

 

Robert Proteau, secteur Le Haut-Saint-François

robertproteau@hotmail.com              819 888-2516

 

André Roy, président

solandreroy@gmail.com                    418 449-2942

 

Jean-Paul Roy, Coaticook-Memphrémagog 

apollo1945@icloud.com                    819 849-4817