Mot du président

andreroy

Bonjour, Il y a plus de vingt ans, le Syndicat décidait d’offrir à ses producteurs et aux différents intéressés, un outil de communication devenu incontournable : son site internet. Si, à l’époque, le produit était tout à fait convenable et même d’avant-garde, force est de constater qu’une actualisation s’ imposait… ce que nous avons fait dans le cadre du 50e anniversaire de notre plan conjoint.

André Roy

En novembre dernier, les producteurs forestiers du Sud du Québec ont décidé que dorénavant, leur Syndicat négocierait pour eux les conditions de mise en marché du bois de sciage résineux de sapin-épinette. Ce choix courageux et lucide constitue, à mon avis, une des décisions les plus importantes depuis la mise en place de notre plan conjoint en 1965. En effet, ce produit représente, bon an mal an, autour de 60% de ce que nous mettons en marché; si nous y ajoutons les produits destinés aux pâtes et papiers, c’est plus de 90% du bois produit sur notre territoire qui fait l’objet d’une négociation collective.

Évidemment, une telle initiative a suscité tout un émoi chez les industriels du sciage de tout le Québec et une vive inquiétude chez leur représentant: le Conseil de l’industrie forestière du Québec. Ces gens craignent sans doute que notre action soit imitée par d’autres. Si six offices de mise en marché négociaient déjà la mise en marché de l’ensemble de leurs produits, notre Syndicat est le premier à le faire sur un territoire situé essentiellement en milieu privé…

Cette initiative n’est pas l’effet du hasard. Elle constitue pour nous la solution à un problème persistant: la stagnation des prix de nos produits dans un contexte d’amélioration notable de l’environnement d’affaire de l’industrie du sciage résineux depuis plusieurs années. Nous visons un modèle de mise en marché plus équitable, où chaque partie retire sa juste part de la conjoncture du marché. Nous avons pour objectif la création de véritables partenariats avec nos vis-à-vis industriels et c’est dans cet esprit que nous avons entrepris nos premières négociations avec nos principaux clients.

Si cette démarche a été initiée par votre conseil d’administration, elle n’a pu se concrétiser que grâce à votre volonté, votre courage, votre lucidité et votre détermination. Vous avez pris conscience de la désuétude de notre modèle de mise en marché et vous avez décidé de le moderniser en dépit des incertitudes liées à toute évolution importante. Vous avez aussi fait preuve de la solidarité indispensable à la réalisation d’un projet d’une telle envergure. Merci! Cent fois merci!

Merci aussi à nos confrères et consœurs de l’Union des Producteurs agricoles de l’Estrie et de la Montérégie pour leur appui indéfectible et pour leur précieuse collaboration à notre réussite collective. Merci à nos employés, Martin Larrivée en tête, qui tout au long de l’année, ont abattu un travail colossal en plus de leurs tâches habituelles. Merci à chacun des membres du conseil d’administration qui ont démontré une belle solidarité, voire une belle unanimité quand ils ont dû prendre des décisions cruciales pour l’avenir de notre Plan conjoint.

Finalement et sur une autre note, je dois remercier Claude Caplette qui a décidé, après 40 ans de loyaux et précieux services, de se prévaloir de son droit à une retraite fort méritée. Je suis sûr que tous les producteurs qui l’ont connu et qu’il a servi lui souhaite la plus heureuse retraite.

Pour visionner le reportage sur André Roy, sylviculteur, de la série www.vosagriculteurs.tv, Cliquer ici !

André Roy, Président
Le 4 avril 2017